art 372 : 122

Publié le par OLD

je suis MOI alors suis-moi

et si je suis VRAI alors je te suivrai

Publié dans CITATIONS du dimanche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
J'aime suivre celui qui respecte ma différence
Répondre
O
je respecte toujours les différences de chacun ... même si quelquefois je suis très intolérant ...
K
c'est tout toi ... alors ça va !
Répondre
O
si ça va alors tout va bien ! ...
M
Moi, je suis,
Je suivais tes citations,
Je te suivrai dans tes divagations,
Je t'ai suivi bien souvent, c'est vrai.....
Répondre
O
je te sais hyper fidèle à mes écritures ... et tu m'en vois ravi ...
J
C'est vrai, j'ai pas suivi, tu vas où ?
Répondre
O
je vais où le vent me mène ... et ici le vent c'est sous vent ... mais en réalité je ne bouge pas beaucoup du Finistère ...
P
Alors nous sommes de retour avec les citation sur la Vérité et l'expérience de la Vérité."Je suis Moi", c'est vrai. Chacun peut en faire l'expérience, je suis celui que je suis et non pas un autre. L'Autre est celui qui est étranger à moi, celui qui est différent. Ayant fait cette constatation, chacun est dans la Vérité : "Je suis Vrai".. Quand au chemin qu'il faut prendre, l'appel à l'autre : "Suis-moi", tu me suis parce que suis moi-même et autre que Toi et parce que je suis Vrai ou dans la Vérité je peux te suivre. C'est une belle image. Non pas celle où chacun va tourner en rond parce que chacun suivra l'autre, comme dans le sketch de R. Devos avec tous les sens interdits. Mais un appel à rechercher chez l'autre justement cette altérité qui nous manque et qui nous complète. Et non un autre moi-même qui me ferait tourner en rond. "Suis-moi", c'est viens avec moi, faisons un bout de chemin ensemble. Mais "je te suivrai", c'est aussi une façon d'acepter la différence de l'autre qui à un moment ,ne voudra pas prendre ce chemin mais un autre. Et celui qui montrera un autre chemin.

Cette citation qui peut paraiter assez étrange fait aussi écho à la phrase : Dixit Deus ad Mosen ego sum qui sum. Vulgate, Exodus III, 14. Dieu dit à Moïse: je suis celui qui suis; ou à celles que Jésus dit à ceux qui sont loin d'avoir sa sainteté : " Viens, suis-moi."

Jésus, sortant de Capharnaüm, vit un homme, du nom de Matthieu, assis à son bureau de publicain (collecteur d’impôts). Il lui dit : « Suis-moi. » L’homme se leva et le suivit. Comme Jésus était à table à la maison, voici que beaucoup de publicains et de pécheurs vinrent prendre place avec lui et ses disciples. Voyant cela, les pharisiens disaient aux disciples : « Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les pécheurs ? » Jésus, qui avait entendu, déclara : « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Allez apprendre ce que veut dire cette parole : C’est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices. Car je suis venu appeler non pas les justes, mais les pécheurs. » Evangile selon Saint Matthieu 9, 9-13.
Répondre
O
ton retour parmi nous est fort agréable ... comme toujours tu es prolixe ... tes mots ont une rézonnance juste ... ils sont en harmonie avec toi ... et ces rappels aux évangiles cultivent notre culture ... je sais que souvent tu me suis ... et j'en suis fier ... et si cela se prézente, à mon tour, je te suivrai ...
A
Nous suivons ton blog chaque dimanche. J'aime pas trop qu'on me suive, surtout dans la rue. Pour suite, à dimanche prochain.
Répondre
O
être suivi dans la rue c'est souvent angoissant ... il est plus rassurant de suivre mes mots du dimanche ... et ça permet surtout de garder un contact à distance ... à dimanche prochain ...